…

Ton visage n’est le reflet d’aucun de mes désirs,

Car jamais mon imagination n’a été si brillante…

Ce monde dans ton regard dont je ne peux me saisir :

Univers fantasque aux couleurs chantantes…

 

Je ne sais pas écrire, mon fils, en vérité,

Ce sentiment étrange que je nourris pour toi.

Mélange d’admiration, d’espoir, d’intime foi,

D’amour sans condition, immense, irraisonné.

 

Ah! Quelle tristesse que d’autant manquer de talent

Pour exprimer au mieux l’extrême profondeur

Du sentiment inouï, noble et si violent,

Qui, depuis ta naissance, a envahi mon coeur!

 

Tes cheveux tout bouclés, tes yeux, tes impatiences,

Tes petites mains tendues et ton ventre tout rond,

Ton odeur de lait, tes sourires, tes silences,

Mon fils : ma tendresse, mon amour, mon Simon…

 

 

Il faudrait l’océan…Il faudrait l’assurance…

Parfois, je prie ce Dieu dont j’ignore la nature,

De m’accorder la grâce, la force, la confiance,

De t’offrir le meilleur et garder ton âme pure.

 

 

18 octobre 2011.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !